Mot de l’Archevêque

Amis,
Amis internautes,

Les hommes ont toujours été à la recherche de hauts lieux leur permettant de trouver le silence, la beauté, l’invisible, … loin des affaires et des bruits du jour. C’est en des endroits semblables que sont nés les monastères, les sanctuaires, les lieux de pèlerinage.

Thierenbach est un de ces lieux ; situé entre le piémont des Vosges et le Rhin, connu de tous les catholiques de Haute Alsace, il est depuis des siècles un lieu de prière, un sanctuaire dédié à la Vierge Marie.

À vous qui y montez, croyants ou non, je souhaite de trouver en ce lieu sérénité et lumière intérieure, communion profonde avec le Christ et sa mère, la Vierge Marie.

S’il s’agit d’un jour de fête vous rencontrerez la foule bigarrée des pèlerins heureux de chanter ensemble les merveilles de Dieu.

En parcourant la basilique vous arriverez à l’autel Notre Dame où vous découvrirez la Vierge de compassion, portant son Fils descendu de la Croix, symbole de toutes les détresses et douleurs humaines mais aussi de l’infinie compassion de Dieu pour notre humanité. Vous remarquerez que la Vierge est habillée de vêtements de lumière, signe que l’amour de Dieu est plus fort que le mal et la mort.

En sortant par le cloître, vous vous arrêterez devant une statue singulière : Saint François embrassant le Christ. Elle vous rappellera que nous sommes tous frères et sœurs du Christ et appelés à réaliser le grand chantier de la fraternité entre nous et entre tous les hommes.

En me souvenant de ma vocation franciscaine je vous laisse et vous confie la prière de Saint François à Marie. Vous pourrez la prier là haut, mais aussi partout où vous irez.

Salut, Marie, Dame sainte,
Reine, sainte mère de Dieu,
Tu es la Vierge devenue Église
Choisie par le très saint Père du ciel,
Consacrée par lui comme un temple
Avec son Fils bien-aimé et l’Esprit Paraclet
Toi en qui fut et demeure
Toute plénitude de grâce
Et Celui qui est tout bien.
Salut, Palais de Dieu !
Salut, Tabernacle de Dieu !
Salut, Maison de Dieu !
Salut, Vêtement de Dieu !
Salut, Servante de Dieu !
Salut, Mère de Dieu !
Et salut à vous toutes, saintes Vertus,
Qui, par la grâce
Et l’illumination de l’Esprit Saint,
Êtes versées dans le cœur des fidèles,
Vous qui, d’infidèles que nous sommes,
Nous rendez fidèles à Dieu !

+ Jean-Pierre GRALLET.
Archevêque de Strasbourg

Retour à la page d’accueil